La Guadeloupe

 Comme un papillon posé sur un lagon paradisiaque, l’île aux Belles Eaux porte bien son nom, les qualificatifs ne manquant pas pour parler de la Guadeloupe entre Océan Atlantique et mer des Caraïbes. Les indiens l’appelaient Karukera avant que Christophe Colomb ne lui donne son nom définitif lors de sa découverte, en mémoire à un sanctuaire espagnol, Notre-Dame-de-Guadelupe.

Ce papillon aux ailes dissemblables, recèle des merveilles toutes plus différentes les unes que les autres.

A l’est, la Grande-Terre, l’île calcaire, avec la Pointe des Châteaux, aux côtes découpées, se donne ici des airs de Bretagne avec ses jaillissements d’écume et d’embruns, les champs de cannes à sucre à perte de vue, labyrinthe végétal, les Grands-Fonds, succession de mornes et de ravines en font sa particularité.

Au sud, un lagon aux eaux turquoise, cristallines, le plus beau de la Guadeloupe, s’offre aux amateurs de farniente. Plages de sable blanc bordées de cocotiers, hibiscus, bougainvillées composent le décor final de cette Riviera, petit paradis de la côte sud.

A l’ouest, la Basse-Terre et de la côte Sous-le-Vent, la sauvage, domaine de la grande forêt tropicale exubérante, au vert puissant, comblera les amoureux de nature avec les chutes du Carbet, la cascade aux écrevisses, les bains chauds. Qui aurait pu imaginer que cette partie de l’île appelée Basse-Terre propose un paradis pour les amateurs de montagne, la Soufrière culminant à 1467 mètres d’altitude. Les Guadeloupéens disent que cette «Vieille Dame» a les pieds dans l’eau, le cœur en feu et la tête dans les nuages.

Au nord, les Petit et Grand Cul-de-sac Marin aux eaux cristallines et les fonds marins recèlent une variété de poissons tropicaux, de tortues pour les amateurs de plongées.

La côte ouest offre de charmantes criques où viennent mouiller les bateaux de plaisance.

Pour terminer ce tableau digne du Douanier Rousseau, déambuler dans les villes de Pointe-à-Pitre, de Sainte-Anne, du Moule, du Gosier permet de s’imprégner des senteurs et des couleurs antillaises, des punchs arrangés, sans oublier les carnavals de début d’année. Pointe-à-Pitre est également un port de départ, vers les nombreuses îles de l’archipel antillais.

Au cours de votre périple, peut-être aurez-vous la chance d’apercevoir, un Ti-Racoon, petit raton laveur emblématique de la Guadeloupe.